Vaud Le toboggan fou est de retour

2018-06-22

Vaud  Le toboggan fou est de retour
Dix mois après le Summerslide à Pully, où des dizaines de personnes ont été blessées, l’événement revient du côté alémanique. Aucune responsabilité n’est encore établie.

Le Summerslide 2018 s’apprête à faire son grand retour du côté alémanique. Ce toboggan géant éphémère sera opérationnel dès le 29 juin à Lucerne, puis au bord du lac de Zurich et enfin sur les rivages du lac de Constance. Organisée par l’agence Promotion Tools, cette activité a tout pour plaire l’été aux jeunes avides de sensations et de fraîcheur.

En août passé, au bord du Léman, à Pully (VD), elle avait attiré de nombreuses personnes avec ses 15 mètres de haut, 32 mètres de long, et son inclinaison de 31 degrés, qui en faisaient «le plus grand toboggan aquatique d’Europe». À cette occasion, des dizaines de personnes s’y sont blessées et ont terminé dans des centres médicaux.

Les arguments de Promotion Tools

À la fin août 2017, la société Promotion Tools déclarait alors à «20 minutes» que toutes les mesures de sécurité avaient été prises. Et que chaque participant était «conscient des risques en signant une décharge de responsabilité». De plus, «deux maîtres-nageurs et trois Samaritains étaient présents».

Selon des témoignages recueillis à l’émission de la RTS «A Bon Entendeur», certaines personnes blessées n’avaient reçu aucune assistance et étaient sorties du lac par leurs propres moyens. Quant à la décharge de responsabilité, ce n’est qu’une sorte de consentement qu’un risque existe dans cette activité. Mais cela ne permet en aucun cas à un organisateur de se défiler en cas de faute grave constatée ou de dol, explique un avocat neutre dans cette affaire. Par exemple, si le montage de l’installation viole une norme et si un lien de causalité avec l’accident est prouvé, la responsabilité de l’organisateur est engagée.

Pourparlers en cours

Dix mois après les incidents de Pully, rien ne semble réglé. Avocat d’une cliente blessée, Me Sébastien Dorthe a entrepris des démarches au civil pour obtenir des dommages et intérêts. Quant à la plainte pénale déposée par un jeune qui a eu des dents et la mâchoire brisées, son avocat Me Albert Habib se contente de déclarer que des pourparlers sont en cours avec la partie adverse, en parallèle à l’instruction pénale.

«Nous avons à nouveau fait examiner le toboggan de manière détaillée et les analyses montrent que la piste d’élan et son inclinaison sont calculées de manière correcte, et sont par conséquent sûres, a déclaré hier Promotion Tools. Nous contrôlerons la rampe sur place avant sa mise en service et la ferons approuver par nos partenaires. Et en raison de la procédure en cours pour août 2017, nous ne pouvons pas faire d’autres commentaires.» (Le Matin)

Créé: 22.06.2018, 22h15



Partager via Whatsapp