«Insoumise» Sonia Grimm est libre de parler

2018-06-29

«Insoumise»  Sonia Grimm est libre de parler
La justice genevoise vient de rejeter la mesure urgente demandée par son ex-mari pour l'empêcher de s'exprimer sur son livre-témoignage, publié en mars dernier.

«C'est un gros poids enlevé de mes épaules, même si j'étais plutôt confiante dans l'issue de ce verdict». Sonia Grimm est soulagée au téléphone, ce vendredi 20 juin. Elle a appris ce matin par un courriel de son avocat, Me Poitry, que la justice genevoise venait de décider de rejeter les mesures provisionnelles d'urgence exigées il y a deux mois par son ex-mari.

Le but de cette démarche: empêcher Sonia Grimm de s'exprimer durant la promotion de son livre, «Insoumise, autopsie d'un amour destructeur», sorti au printemps en Suisse romande. La partie adverse justifiait cela notamment par le fait que l'ancien mari de Sonia Grimm était reconnaissable et que cela pouvait nuire à sa carrière professionnelle.

La chanteuse quadragénaire témoigne dans son livre du calvaire qu'elle a subi durant son deuxième mariage, avec un producteur: humiliations et dévalorisation systématique, violences psychologiques et physiques, menaces de mort et même le viol, en août 2014. Son ex-mari a été condamné à la fin de l'année 2015, au Tribunal de Nyon (VD) à 2 ans avec sursis pour lésions corporelles simples qualifiées, tentative de contrainte, contrainte, contrainte sexuelle et viol.

Livre en rupture de stock

L'avocate de la partie adverse a encore un délai pour recourir contre la décision du tribunal genevois. Mais du côté de Sonia Grimm, on regarde de l'avant. «Mon livre a été tiré à environ 2400 exemplaires. Or il est déjà en rupture de stock», se réjouit-elle. Une nouvelle impression est en cours, et le projet de le diffuser en France est à l'étude.

Sonia Grimm sera présente ce samedi à la librairie Payot de La Chaux-de-Fonds (NE) pour une séance de dédicaces. Et elle collabore avec l'association AVVEC, présente à Genève et Lausanne, qui oeuvre contre les violences au sein des couples. «Mon vécu et mon témoignage peuvent servir en matière de prévention, aussi parmi les jeunes, afin de bien déterminer les différentes formes de violences, de les détecter dès le début pour éviter d'en devenir victime», déclare Sonia Grimm au «Matin». (Le Matin)

Créé: 29.06.2018, 16h54



Partager via Whatsapp