Payerne (VD) Vol d'un déambulateur: «un acte d’une telle bassesse...»

2018-07-25

Payerne (VD)  Vol d'un déambulateur: «un acte d’une telle bassesse...»
Une vieille dame de 94 ans s’est fait voler son rollator dans le hall de son immeuble. Son beau-fils pousse un coup de gueule!

Voler un déambulateur à une vieille dame, c’est le délit inélégant commis dans le hall d’un immeuble de Payerne (VD) le 10 juillet dernier. Un délit commenté avec des mots plus que fleuris par le beau-fils de la dame, dans une encart publié dans le journal «La Broye». «Commettre des actes d’une telle bassesse dépasse tout entendement et toute morale», écrit Max-Eric.

Sa colère a été édulcorée: dans l’encart, le «connard» devient un «indélicat personnage» invité non seulement à rendre l’objet du délit, mais à présenter ses excuses. «Je ne peux pas me déplacer sans rollator», indique la grand-mère lésée.

Le 10 juillet dernier, Olive a laissé son rollator au rez-de-chaussée, derrière la porte d’entrée vitrée, comme à chaque fois lorsqu’elle ne fait que passer chez elle, entre deux courses. «La plupart du temps, je l’emporte jusqu’à l’appartement en utilisant le lift d’escalier», indique la retraitée. «Le voleur savait qu’il lésait un handicapé», martèle le beau-fils. Si May-Eric reste stupéfait, et très fâché, sa belle-mère prend l’incident avec philosophie: «Il n’y a pas mort d’homme», explique-t-elle.

Son beau-fils ne l’a pas consultée pour publier un encart dans «La Broye», mais que les mots soient châtiés ou crus, les sentiments exprimés sont identiques: «Un déambulateur n’est pas un objet de luxe», insiste Olive.

Après avoir fait le tour de son immeuble en pensant que sa mémoire lui jouait des tours, Olive a dû admettre que son déambulateur avait été volé. «Pour être revendu? Sans doute...», s’interroge-t-elle. Deux voisines croisées dans la cage d’escalier avouent leur perplexité: «Moi, j’ai subi un cambriolage en plein jour, alors que j’étais à la maison.»

Dépendante de son déambulateur, Olive s’en est déjà rachetée un, à ses frais, à Yverdon-les-Bains (VD). Un modèle à 399 francs, qu’elle équipera encore d’un filet à commission, comme le précédent. Cette nonagénaire s’est octroyée quelques jours de vacances à Frenkendorf (BL), chez l'une de ses cinq filles qui s’est chargée avec son mari du transport en voiture. «Le voleur aurait pu être arrêté en flagrant délit. Il a pris des risques», remarque la nonagénaire, qui a déjà tourné la page. (Le Matin)

Créé: 25.07.2018, 17h53



Partager via Whatsapp