Suisse L'UDC opposé au Pacte mondial sur les migrants

2018-09-13

Suisse  L'UDC opposé au Pacte mondial sur les migrants
Le Pacte consacré à la question migratoire menace l'indépendance de la Suisse, selon l'UDC. Le parti de droite demande au Conseil fédéral de ne pas signer ce texte élaboré sous l'égide de l'ONU.

L'UDC ne veut pas du futur Pacte mondial sur les migrations. Estimant ce texte incompatible avec une gestion indépendante de l'immigration, elle invite le Conseil fédéral à ne signer ce document sous aucun prétexte.

Le gouvernement doit interrompre immédiatement tous les travaux préparatifs en ce sens. S'il le fait quand même, l'accord doit être obligatoirement présenté au Parlement et soumis au référendum facultatif. C'est la seule manière de sauvegarder l'autodétermination et l'indépendance de la Suisse, a expliqué jeudi le parti à la presse.

Ce pacte n'est pas contraignant en termes juridiques et ne constitue qu'un engagement politique, reconnaît l'UDC. Mais selon elle ce n'est qu'une question de temps pour qu'il fasse partie du droit international et soit de ce fait superposé à la Constitution fédérale. Le Conseil fédéral doit donc tirer le verrou dès à présent.

Au grand dam de l'UDC, la Suisse a joué un rôle clé dans l'élaboration du Pacte de l'ONU. Ce document a été négocié durant 18 mois sous la houlette des ambassadeurs helvétique Jürg Lauber et mexicain Juan José Gomez Camacho.

Echéance mi-décembre

L'UDC intervient alors que le pacte doit être formellement entériné lors d'une conférence internationale au Maroc mi-décembre. A l'aboutissement des pourparlers début juillet, le Département fédéral des affaires étrangères a salué «une étape importante en vue d'établir des normes communes pour renforcer les aspects positifs des migrations et atténuer leurs effets négatifs grâce à des efforts communs».

Le pacte recense une série de principes comme la défense des droits de l'homme, des droits des enfants et la reconnaissance de la souveraineté nationale. Y figure un catalogue de mesures pour aider les pays à faire face aux migrations: améliorer l'information, mesures pour mieux intégrer les migrants, échange d'expertises...

Ce texte est considéré comme le premier document international sur la gestion des migrations. Il est voulu non contraignant, l'idée étant de proposer aux pays de l'ONU des solutions pour gérer un phénomène qui les concerne tous.

Sans les USA ni la Hongrie

Les Etats-Unis s'en sont toutefois désolidarisés fin 2017 au motif que des dispositions seraient contraires à la politique d'immigration de Donald Trump. Mi-juillet, la Hongrie a également annoncé son retrait du pacte. Budapest craint que l'accord puisse à terme forcer les gouvernements à ouvrir leurs frontières aux migrants et incite des millions de personnes à prendre la route. L'UDC s'engouffre dans cette brèche. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2018, 13h56



Partager via Whatsapp