Lucerne Après 20 ans en taule, il voulait sortir, c'est «non»

2018-09-14

Lucerne  Après 20 ans en taule, il voulait sortir, c'est «non»
Pour le Tribunal fédéral, la justice lucernoise est en droit de juger qu'un détenu souffre encore et toujours d'un grave trouble de la personnalité.

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours d'un homme détenu depuis une vingtaine d'années, dont la moitié en mesure thérapeutique stationnaire. L'intéressé s'opposait à une nouvelle prolongation du traitement et demandait sa libération.

Le recourant avait été condamné en 2002 par le Tribunal cantonal lucernois à cinq ans et dix mois de détention pour viol qualifié, lésions corporelles simples, brigandages et menaces, notamment. La peine avait été suspendue au profit d'un traitement stationnaire. Cette mesure a été prolongée sans interruption à plusieurs reprises.

En avril 2018, le Tribunal cantonal a confirmé une nouvelle prolongation pour deux ans. Il s'est fondé sur une récente expertise qui constatait un trouble dyssocial de la personnalité chez le recourant. Le psychiatre estimait qu'un risque de récidive était présent, pour des actes violents également.

Structure plus ouverte lire la suite

Partager via Whatsapp