News piquantes En Suisse, pour les vieux, c'est marche ET crève

2018-10-11

News piquantes  En Suisse, pour les vieux, c'est marche ET crève
Des seniors piètres piétons, des jeunes UDC bien seuls ou des frites après un bon pipi: c'est l'actu décalée du jour.

Plus de 90% des personnes âgées se déplacent quotidiennement ou régulièrement à pied, selon un sondage mandaté par l'Association Transport et environnement. Et c'est hyper dangereux! Près de 60% des piétons tués en Suisses ont 65 ans et plus. Interrogés, ceux-ci (pas les 60% de morts mais les seniors qui vivent encore) se plaignent de l'absence de trottoir ou, s'il y en a, qu'ils sont trop hauts (jamais contents), que ça glisse ou encore que ça manque de banc pour faire une pause. Gaffe aussi aux vélos qui roulent sur les trottoirs. Il faut qu'ils sonnent (ou sonnettent ou sonotonent, je sais pas comment on dit) pour les avertir. Bref, il y a plein de trucs à améliorer pour prolonger la durée de vie nos seniors. Qui, nous l'apprend aussi ce sondage, se déplacent le plus souvent, dans l'ordre: 1) à pied 2) en voiture 3) en transports publics 4) à vélo. Cela semble logique. Et visiblement en skate ou en roller, plutôt non.

Déjà que c'est dangereux pour un senior de marcher dans la rue, faut pas en plus aller faire le clown sur les voies. Photo iStock

Michel Pralong

Ça fout les boules

«La bourse de Zurich reste dans le rouge», apprend-on ce jeudi midi. Et la seconde, elle est où?

Renaud Michiels

Des frites pour un pipi au bon endroit

Dans le quartier animé d'Overpoort à Gand (cette histoire ne peut se passer qu'en Belgique), les étudiants aiment venir boire des verres. Mais en cette rentrée d'automne, les autorités municipales aimeraient bien qu'ils arrêtent d'uriner dans la rue. Ceux qui sont pris la main dans le sac (si j'ose dire) peuvent écoper, non pas le caniveau, mais d'une amende de 60 euros. La Ville n'utilise toutefois pas que le bâton, elle sait aussi jouer de la carotte. C'est ainsi que les 100 premières personnes qui ont utilisé les pissoirs publics mercredi dernier ont reçu un cadeau pour être venues se soulager ici. Beaucoup auraient peut-être aimé que cela soit une bière, mais non, c'était un cornet de frites. Une histoire de frites, d'urinoir, cela fait beaucoup de féculents tout ça.

Michel Pralong

Manifestations: enfin du 9

Les Jeunes UDC ont manifesté ce jeudi à Berne contre les «grandes entreprises avides» qui détruisent la démocratie. Ils étaient neuf selon la police. Neuf aussi selon les manifestants. Ils ont eu le bon goût de ne pas venir plus nombreux pour qu’enfin, pour la première fois dans l’histoire, on obtienne des données similaires des deux «camps». Merci à eux.

Renaud Michiels

Le jour sans fin

Vous avez l’impression d’être cerné par les journées mondiales des trucs et des machins? C’est le cas: il en existe près de 500. Très exactement 497 journées mondiales, internationales, ou européennes, détaille «Le Figaro». Il existe une journée du pop-corn, du moineau, du rangement de bureau, des amoureux de l’Alsace, du reggae, des gauchers, de la minijupe, d’à peu près toutes les maladies existantes sauf la chaude-pisse, du compliment, de la samba, du ninja, de la vasectomie, des écrivains en prison, de l’orgue, du pangolin (c’est un animal), des manchots (les animaux aussi, pas ceux qui sont à moitié privés de chocolat) ou des zones humides, ce qui n’est pas sale. On trouve même une «Journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques» alors qu’il ne faut même pas une seconde pour effectuer un «ctrl s», c’est n’importe quoi! Et le pire, note le quotidien français, c’est que «les causes moins importantes semblent intéresser davantage»… Mais bon, avis aux amateurs, même si ces journées se bousculent il reste une poignée de dates de libres. Dont le 29 février. Une date qui serait idéale pour la Journée mondiale de ceux qui se sentent oubliés les trois quarts du temps.

Renaud Michiels

L'élu a touché des sommes astronomiques

C'est visiblement le gros bordel à la Municipalité de Vevey: alors que deux de ses municipaux sont sous enquête pour violation du secret de fonction, on en apprend un peu plus dans «24 heures» sur les agissements d'un troisième, déjà suspendu, Lionel Girardin. Celui que le parti socialiste a également suspendu aurait perçu 241'000 francs de la fondation Apollo dont il était le président, normalement bénévole. Une révélation qui fait évidemment la première page du quotidien ce jeudi. Donc:

Michel Pralong

(Le Matin)

Créé: 11.10.2018, 16h34



Partager via Whatsapp