Neuchâtel Les députés ont adopté un budget - subsides revus

2018-12-04

Neuchâtel  Les députés ont adopté un budget - subsides revus
Le budget 2019 a été adopté par les députés neuchâtelois. Avec un compromis pour réduire les coupes dans les subsides maladie.

Les députés neuchâtelois ont adopté mardi le budget 2019, prévoyant un déficit de 17,9 millions de francs, par 79 oui, 16 non et 20 abstentions. Un compromis a été trouvé, notamment pour réduire les coupes dans les subsides maladie.

Le compromis budgétaire mis sur pied par la commission des finances a été accepté par 99 oui et 7 non provenant de l'UDC. Via un bloc d'amendements, il limite les coupes dans les subsides d'assurance maladie et dans l'argent de poche versé aux résidents de homes. #GCNE Le Grand Conseil a accepté ce mardi soir, par 79 oui, 16 non et 20 abstentions, le projet de budget 2019 présenté par le Conseil d’Etat avec quelques amendements proposés par la commission des finances. https://t.co/jjTc0LDBAu via @arcinfo #neuchatel

— Canton de Neuchâtel (@Etat_Neuchatel) 4 décembre 2018

Une variation de l'écart statistique sur la masse salariale est une des contreparties financières. Au final, le compromis budgétaire permet de réduire le déficit de 40'000 francs.

Nouveaux mécanismes financiers

Deux motions liées au budget et faisant office de compromis ont aussi été approuvées. Les députés ont accepté un texte demandant au Conseil d'Etat la mise en place de nouveaux mécanismes financiers permettant à long terme la résorption du découvert existant de l'Etat. Cela pourrait prendre la forme d'un amortissement annuel de 1% dans le compte de fonctionnement.

L'autre motion demande d'ancrer dans la loi des contours plus précis de l'aide aux assurés de condition économique modeste dans le cadre des subsides à l'assurance maladie. L'idée est d'éviter la double peine: une hausse des primes et une perte de subsides.

«Trois années sombres»

Avant le vote d'entrée en matière, le conseiller d'Etat Laurent Kurth a rappelé que le budget 2019 respecte le frein à l'endettement après «trois années sombres». Le chef du Département des finances et de la santé a expliqué que si un déficit est prévu, «on ne finance pas le ménage courant avec l'endettement».

«C'est un budget de transition mais l'avenir n'est pas rose», a déclaré le député PLR Nicolas Ruedin. «La dette continue d'augmenter. Notre canton reste aux soins intensifs» et les déficits antérieurs n'ont pas été amortis.

Pour le socialiste Baptiste Hurni, la volonté d'atteindre un équilibre financier en 2020 est à saluer. Toutefois des finances saines «sont un moyen mais pas une fin en soi». Le député déplore la violence des coupes prévues dans les subsides de l'assurance maladie, amortie toutefois grâce au compromis budgétaire accepté.

Le Vert Fabien Fivaz s'est également offusqué de la perte de subsides pour 5000 personnes. «On prend aux pauvres pour donner aux plus pauvres».

Le député UDC Niels Rosselet-Christ estime que ce budget n'est pas «encourageant». «Il s'agit d'un équilibre de fortune» qui va sûrement aboutir à un déficit effectif plus élevé. Le député UDC déplore la hausse des charges de 35 millions de francs par rapport à l'an dernier.

Sans budget l'an dernier

Le budget proposé par le gouvernement prévoit des recettes fiscales de 202,5 millions de francs pour les personnes morales et de 725,5 millions pour les personnes physiques. Les charges se montent à 2,18 milliards. Au niveau des investissements, une somme de 89,4 millions de francs est budgétisée, soit 12,8 millions de plus qu'en 2018.

Pour rappel, en décembre 2017, le Grand Conseil avait refusé le budget pour l'année suivante qui prévoyait un déficit de 50 millions de francs. Le canton avait dû vivre les premiers mois de l'année sans budget. Un consensus sur un déficit de 37,2 millions avait finalement été trouvé en février. (ats/nxp)

Créé: 04.12.2018, 21h49



Partager via Whatsapp