Genève Les liasses qui bouchaient les WC reviendront aux employés

2018-12-21

Genève  Les liasses qui bouchaient les WC reviendront aux employés
L'incroyable feuilleton entamé en 2017 avec la découverte de billets de 500 euros dans les toilettes d'une banque et de plusieurs bistrots environnants se termine, un peu, en conte de Noël.

Les personnes qui ont découvert des liasses de 500 euros mystérieusement retirées d'un coffre d'UBS à Genève pour être méthodiquement déversées dans les toilettes de la banque mais aussi dans des bistrots environnants – au point de les boucher – vont être récompensés de leurs efforts. Les conclusions d’une ordonnance de classement rendue le 30 novembre par le Ministère public leur permettent en effet de réclamer auprès de la police ou de la justice les sommes récupérées, révèle ce vendredi la Tribune de Genève.

L'histoire avait fait le tour du monde en 2017. En septembre de cette année-là, le ministère public genevois confirmait, dans la foulée des révélations du quotidien genevois, que les WC de la salle des coffres de la banque UBS du centre-ville avaient été mystérieusement obstrués par des liasses de billets. Cela s'était passé le 11 et 12 mai. 40 000 euros de coupures déchirées avaient pu être récupérées. Quelques jours plus tard, les toilettes de trois bistrots du quartier avaient subi le même sort, dont le Café du Centre et le Molino.

Les billets de 500 euros étaient détrempés et découpés méthodiquement aux ciseaux dans la cuvette mais aussi dans le lavabo. Une partie a pu s'évaporer dans les égouts.

Les caméras de surveillance de la banque avaient révélé de mystérieux aller-retour entre la salle des coffres et les WC de trois femmes et d'un homme qui se seront identifiés en tant qu'espagnols disposant d'un accès au coffre-fort. Au Café du Centre, une femme de ménage aidé du chef de cuisine retirent des WC l'équivalent de 26 000 euros. À la pizzeria Molino, ce sont 60 000 euros qui sont découverts par des employés. Une autre liasse est encore trouvée quelques jours plus tard.

Sous séquestre

L'argent finit sous séquestre. Une procédure est ouverte suite notamment à la plainte des trois établissements concernés par les dégâts des eaux. L’un des cinq Espagnols suspectés d’avoir voulu se débarrasser de l'argent, un entrepreneur, est entendu l’hiver dernier par la police. Ce dernière affirme que le coffre-fort vidé contenait des économies familiales. Son audition ne révèle pas clairement les raisons qui ont conduits les possesseurs de ce pactole à vouloir s'en débarrasser. L'entrepreneur règle les dégâts de plomberie aux restaurateurs. Les plaintes sont retirées. En 2018, la justice genevoise blanchit les cinq personnes concernées qui ne revendiquent pas les sommes jetées. En conséquence, conformément au Code civil, l'argent récupéré revient à ceux qui l'ont trouvé. A eux désormais de se manifester pour recevoir leur cadeau de Noël. (Le Matin)

Créé: 21.12.2018, 11h05



Partager via Whatsapp