Lucerne Un bouton d'alerte pour rendre les lupanars plus sûrs

2019-01-15

Lucerne  Un bouton d'alerte pour rendre les lupanars plus sûrs
Le gouvernement lucernois souhaite ancrer dans la loi des exigences minimales pour les bordels. Une experte salue cette décision.

Les lupanars dans lesquels travaillent plus d'une personne devraient à l'avenir disposer d'une autorisation pour être mis en service. Et le nouveau projet de loi du gouvernement lucernois prévoit diverses exigences minimales pour qu'une telle autorisation soit accordée, écrit mardi 20 Minuten. Les autorités prévoient ainsi l'installation de boutons d'alarme dans les chambres et de caméras à l'entrée des établissements. La police devrait également se voir attribuer le droit d'effectuer des contrôles à tout moment.

Travail illégal

Selon des estimations, près d'un tiers des 600 travailleuses du sexe du canton de Lucerne se trouvent illégalement en Suisse ou y travaillent illégalement. Et 80% des bordels ne peuvent pas être contrôlés parce qu'ils ne sont actuellement pas soumis à une autorisation. Les forces de l'ordre doivent donc disposer de soupçons fondés concernant une éventuelle infraction pour pouvoir effectuer des contrôles.

«La sécurité des femmes est primordiale» Birgitte Snefstrup, patronne de l'association Lisa, qui s'engage pour les droits des prostituées, soutient le projet de loi: «Pour nous, la sécurité des travailleuses du sexe est primordiale. Les boutons d'alerte et les caméras devraient être introduits partout.» En revanche, elle voit les contrôles de police d'un oeil critique. «La plupart des femmes vivent et travaillent au même endroit. Si la police peut les contrôler à tout moment, on risque de violer leur sphère privée.»

(Le Matin)

Créé: 15.01.2019, 19h51



Partager via Whatsapp