Canton de Vaud Métraux revient sur la situation inédite de Vevey

2019-02-11

Canton de Vaud  Métraux revient sur la situation inédite de Vevey
Le Conseil d'Etat estime avoir correctement interprété la loi en nommant deux personnalités extérieures à la ville pour remplacer les municipaux suspendus à Vevey.

La base légale se trouve dans la loi sur les communes. «Elle dit qu'en cas de motifs graves, dont l'ouverture d'une instruction pénale, ou sur requête de la municipalité - ce qui est aussi le cas ici - si une Municipalité n'est plus constituée, le Conseil d'Etat repourvoit les sièges», explique lundi la conseillère d'Etat Béatrice Métraux dans une interview à «24 Heures».

Ramener le calme

La loi n'oblige pas à choisir quelqu'un de la commune ou du même district. «Le Conseil d'Etat a jugé important qu'il n'y ait pas de querelles politiques ni de conflits d'intérêts ou de loyauté potentiels. Nous voulions quelqu'un qui ramène le calme, ce qui était davantage garanti avec une personne de l'extérieur», a-t-elle dit ajoutant que «toutes les variantes ont été discutées longuement».

En choisissant Michel Renaud et Jacques Ansermet, le gouvernement a «opté pour deux personnes à l'expérience politique reconnue aux échelons communal et cantonal», a-t-elle ajouté. Une troisième nomination est-elle à l'ordre du jour ? «Le Conseil d'Etat a répondu à la demande de la municipalité de repourvoir le 4e siège. Il n'y a pas de discussion actuellement pour aller au-delà».

Une loi à réviser

La loi sur les communes va être révisée, une décision annoncée avant les affaires veveysannes. «Il est clair que nous en profiterons pour revoir les articles sur la surveillance des autorités», ajoute Mme Métraux. Mais pas question d'agir dans la précipitation. «La situation de Vevey est inédite, mais nous n'allons pas créer une lex Vevey dans l'urgence», a-t-elle ajouté.

Pour rappel, à Vevey, sur les cinq membres de l'exécutif initialement élus, seuls deux sont encore en fonction à savoir Elina Leimgruber et Etienne Rivier. Les trois autres sont pour l'heure suspendus, car ils font l'objet d'une instruction pénale.

Jérôme Christen et Michel Agnant sont sous enquête pour violation du secret de fonction. Ils sont accusés d'avoir transmis des documents internes à la Commission de gestion en lien avec Lionel Girardin. Ce dernier est poursuivi pour gestion déloyale et abus de confiance.

La conseillère communale indépendante Marie Moya a recouru au Tribunal fédéral et à la Cour constitutionnelle. Elle estime que les deux nominations du canton sont contraires au principe constitutionnel de l'élection de la municipalité par le peuple. (ats/nxp)

Créé: 11.02.2019, 11h35



Partager via Whatsapp