Suisse Ces patrons qui n'aiment pas les jeunes mamans

2019-02-12

Suisse  Ces patrons qui n'aiment pas les jeunes mamans

Le porte-parole explique en outre que de plus en plus de femmes enceintes quittent leur travail sans même bénéficier du congé maternité et de sa protection contre le licenciement. Selon lui, il est en effet désormais très courant que les employeurs forcent les femmes à démissionner dès le début de leur grossesse. «Ils leur expliquent simplement qu'ils n'ont pas de travail convenable à leur offrir pendant cette durée», précise-t-il.

L'UPS dément mais...

Du côté de l'Union patronale suisse (UPS), on s'énerve. «Les mères sont des employées qualifiées à qui les employeurs continuent volontiers de donner du travail», affirme son porte-parole Fredy Greuter. Selon lui, l'UPS ne conseille pas de licencier une maman lors de son premier jour de reprise du travail. Et il juge incompréhensible que les employeurs se servent du congé maternité comme prétexte pour se séparer des jeunes mères. Mais il ne le nie pas: les entreprises en difficulté n'arrivent parfois pas à éviter leur licenciement quand elles se réorganisent.

Et Dieter Egli, de Syna, le confirme: «le problème fondamental est qu'en Suisse, il n'existe aucune protection contre le licenciement pour raisons économiques après le congé de maternité légal.» (nxp) Créé: 12.02.2019, 18h42 Revenir a l'article

Partager via Whatsapp