BD Un personnage de Tintin s'invite au jardin botanique de Fribourg

2019-05-23

BD  Un personnage de Tintin s'invite au jardin botanique de Fribourg
Une silhouette en acier du professeur Cantonneau, premier héros suisse créé par Hergé, accueille désormais les promeneurs.

Mercredi 22 mai, Hergé aurait eu 112 ans. Son plus célèbre personnage, Tintin, fête lui ses 90 ans cette année. Double occasion donc de rendre hommage à cette série fondatrice de la BD moderne: c'est ce qu'a fait la Ville de Fribourg, profitant par là même pour mettre en avant l'un des siens. Car oui, il y a un Fribourgeois dans Tintin. Il est même présent dans trois albums: il s'agit de Paul Cantonneau.

Ce professeur, d'on ne sait quelle discipline, apparaît au milieu d'autres savants dans «L'étoile mystérieuse», que Hergé publie dans «Le Soir» entre octobre 1941 et mai 1942. L'album sortira cette même année. L'auteur le présente comme appartenant à l'Université de Fribourg. Bien qu'il n'y soit a priori jamais allé, le dessinateur belge a certainement dû entendre parler de l'installation d'une partie de cette université dans un nouveau bâtiment place de l'ancien cimetière de Miséricorde en 1941. Et cela a certainement dû faire plaisir aux lecteurs suisses qui suivaient les aventures de Tintin dans «L' Écho illustré» à l'époque.

Maudit par Raskar Kapac

Caricature du scientifique d'une autre époque, avec ses grandes moustaches, sa barbichette et ses lorgnons, Cantonneau semble particulièrement plaire à Hergé puisque, des savants de «L'étoile mystérieuse», il sera le seul à recroiser le chemin de Tintin dans «Les sept boules de cristal» et sa suite, «Le temple du soleil». Il fait évidemment partie de ces scientifiques victimes de la malédiction de Raskar Kapac, qui le plongera dans une profonde léthargie.

Si sa carrière dans les albums s'est terminée ici, les Fribourgeois l'ont prolongée. Des tintinophiles facétieux sont parvenus au fil des ans à glisser son nom dans des notices et références bibliographiques de travaux scientifiques de l'Université de Fribourg. Et si la commune de Givisiez (FR) a inauguré une allée à son nom en 2012, il fallait bien que l'Université de Fribourg s'y mette à son tour. Elle a donc désormais mieux qu'une plaque: une silhouette en acier Corten de 10 mm d'épaisseur, dévoilée ce mercredi 22 mai dans le jardin botanique.

Au détour d'un chemin, on peut désormais croiser le professeur Cantonneau, semblant nous indiquer la direction. Photo: Stemutz/Hergé Moulinsart 2019

Conçue par le designer belge Andy Jacobs qui a développé, tout au long des 20 dernières années, une vision tridimensionnelle de l’univers d’Hergé, en collaboration avec Michel Bareau directeur artistique des Éditions Moulinsart (les deux hommes qui entourent la statue sur la photo), cette silhouette de taille réelle (1,80 m) est la reproduction du dessin de la première apparition du personnage dans «L'Étoile mystérieuse».

Une exposition, «Sept jours sur les traces de Tintin et Milou», consacrée aux relations entre Hergé et les scientifiques, est également à voir jusqu’au 28 mai au Pavillon vert du Jardin botanique. Le professeur Cantonneau, lui, restera désormais perpétuellement dans le jardin, accompagné de deux panneaux explicatifs (français et allemand) racontant son histoire.

Le précurseur de Tournesol

Il faudra attendre 1944 pour qu'un autre professeur suisse apparaisse dans l'univers de Tintin, de manière bien plus marquante. Tournesol arrive en effet deux ans après Cantonneau dans «Le trésor de Rackham le Rouge». S'il n'est toutefois jamais présenté comme suisse, il est directement inspiré de l'explorateur Auguste Piccard, grand-père de Bertrand Piccard. (Le Matin)

Créé: 23.05.2019, 15h27



Partager via Whatsapp