Tourisme Le Valais prêt à financer ses remontées mécaniques

2019-06-11

Tourisme   Le Valais prêt à financer ses remontées mécaniques
Le Grand Conseil valaisan a présenté en détails le fonds cantonal dédié aux infrastructures des stations, qui totalise 400 millions de francs d'investissement.

Le tourisme est et demeurera une priorité pour le Valais. Le parlement l'a rappelé mardi en donnant un signal fort pour le fonds cantonal en faveur des remontées mécaniques décidé en mai 2018. Si aucun parti n'a combattu l'entrée en matière, l'Alliance de gauche, jugeant la mesure redondante et donc inutile, s'est abstenue.

Ce fonds cantonal doit offrir trois instruments d'aide aux sociétés de remontées mécaniques totalisant 400 millions d'investissement. Il s'agit de prêts (pour 270 millions de francs), de cautionnements (pour 100 millions de francs) et de subventions à fonds perdus (20 millions de francs). Enfin, 10 millions de francs seront provisionnés.

Soutien à 40%

Au quotidien, le fonds sera géré par une commission de gestion, un administrateur et un organe de contrôle. Par contre, les demandes de contribution seront tranchées, positivement ou négativement, par le Conseil d'Etat.

En Valais, les remontées mécaniques génèrent deux milliards de francs pour l'économie cantonale. Les besoins de la branche pour ces prochaines années sont, eux, estimés à 1 milliard de francs. D'où la création de ce fonds cantonal de soutien qui représente le 40% de ce montant.

«C'est un premier pas significatif en matière de soutien à nos sociétés de remontées mécaniques», a résumé Marcel Delasoie (PLR) lors de la discussion d'entrée en matière.

Questions de chiffres

A contrario, pour Benoît Barras (AdG), ce nouveau fonds est inutile, car redondant. «Il existe déjà diverses formes de crédits et la possibilité pour l'Etat d'accorder des prêts à fonds perdu», a rappelé l'élu.

Ainsi, l'Alliance de Gauche a choisi de s'abstenir au moment de l'entrée en matière. Chez les Verts, Thierry Largey a estimé ce montant de 400 millions trop élevé, puisque de 20 à 25% supérieur à la somme étudiée par la commission ad hoc du Grand Conseil. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2019, 18h16



Partager via Whatsapp