Décibels La braderie de Bienne mettra la sourdine en sortant du tribunal

2019-06-19

Décibels  La braderie de Bienne mettra la sourdine en sortant du tribunal
Le vice-président de la manifestation estivale la plus populaire de la ville a comparu en justice à cause du bruit excessif généré par certains stands.

La Braderie biennoise mettra la sourdine les 28, 29 et 30 juin prochains. S'il y aura du Dancefloor à la rue Dufour et des concerts ici et là, c'en est fini de la Reggae-Street de la rue du Marché, comme l'indique aujourd'hui le «Bieler Tagblatt», partenaire de la manifestation estivale la plus populaire de la cité.

Organisée depuis 2009, la Reggae-Street n'a pas reçu d'autorisation pour cette année de la part du comité de la Braderie, en dépit des 3 000 personnes qui appréciait cette halte au coeur de la fête. Une décision mal comprise par le gérant de ce bar musical, lequel prétend avoir été obtenu oralement un report de la limite à 93 décibels.

Amende de 1 500 francs

Ceux qui ne respecteront pas cette année le plafond de 85 décibels risqueront une amende personnalisée. Jusqu'ici, c'est le comité qui devait répondre juridiquement de tous les excès. Ceux de 2017 ont conduit le vice-président au Tribunal Jura bernois-Seeland, après la contestation d'une amende de 1 500 francs établie par le Ministère public.

Selon le «Bieler Tagblatt», la justice a acquitté vendredi le notaire Daniel Graf de toute infraction à la loi sur l'hôtellerie et la restauration, les organisateurs ayant pu démontré que tout avait été entrepris pour limiter les émissions sonores. Il y a deux ans, la valeur limite a été dépassé dans une quinzaine de stands, avec une pointe à 104 décibels.

(Le Matin)

Créé: 19.06.2019, 06h47



Partager via Whatsapp