Festivals Étonnant: Paléo doit faire de la pub pour vendre ses billets

2019-06-19

Festivals  Étonnant: Paléo doit faire de la pub pour vendre ses billets
Pour la première fois depuis longtemps, tous les tickets ne sont pas partis en quelques heures. Le festival nyonnais a décidé de le faire savoir.

C’est presque une tradition. Chaque année un jour de début avril, à midi, Paléo ouvre sa billetterie. Les tickets s’arrachent très rapidement. Et on regarde si des records tombent. En 2018, tout était parti en début de soirée. En 2017 tous les billets avaient été achetés en deux heures. L’année précédente, un peu plus de trois heures suffit. Et seules 52 minutes avaient été nécessaires en 2015. Et on ne parle pas des soirées. Celle avec les Red Hot Chili Peppers, en 2017, par exemple, avait été sold out après 3 minutes.

Et cette année, alors? «Paléo n’est toujours pas complet et va devoir faire de la pub!», révélait «La Côte» ce mardi, parlant d’une «surprise». Ce n’était en fait plus arrivé depuis 2013, année durant laquelle il avait fallu six semaines pour clore la billetterie.

6000 billets disponibles

Alors, fini l’époustouflant succès du festival nyonnais? Non: il n’y a vraiment pas péril en la demeure. «Environ 97% des billets ont été vendus», explique Michèle Müller, responsable presse du Paléo. Il en reste donc quelque 6000 sur 200 000. Et uniquement pour les soirées de samedi et dimanche. On est donc très loin d’un flop.

Mais Paléo a décidé d’agir. Avec une communication web accrue, des affiches, en radio. Une partie de la campagne était déjà prévue, c’est simplement le message qui change. À cette époque le festival communique habituellement sur son image, sur l’esprit Paléo. «Cette fois nous signalons que des billets sont encore disponibles car nous souhaitons évidemment les vendre. Et nous pensons qu’une grande partie du public ne sait simplement pas qu’il en reste», note Michèle Müller.

Une forte concurrence

Bien. Mais comment expliquer ce petit coup de mou? Par la programmation du week-end, qui n’a pas assez séduit, avec Shaka Ponk puis Patrick Bruel en têtes d’affiche? «Peut-être. Mais nous penchons plutôt du côté de l’offre culturelle pléthorique disponible en Suisse romande. Selon des estimations il y a cette année un demi-million de billets de plus sur le marché que l’an dernier dans la région lémanique», détaille Michèle Müller.

Elle avance d’autres pistes possibles. Une météo un brin «tristounette». Ou les dates du Paléo millésime 2019, un peu plus tardives que les autres années. Avec peut-être des départs en vacances agendés pendant le week-end où il reste quelques billets, celui du 27-28 juillet.

La réponse est probablement dans un mélange de tous ces éléments. Quoi qu’il en soit il reste donc des billets. Et pour certains c’est probablement une excellente nouvelle.

(Le Matin)

Créé: 19.06.2019, 06h44



Partager via Whatsapp